inclure/article_une

Écrit par Tony Côme.

Dans les années 1970, les éditions Balland avaient créé une fameuse collection intitulée « L’Aristocratie de… ». Il y était question de motos, de pistolets, de bridge ou encore de reportage photographique. Quelques quarante années plus tard, s’il fallait relancer et continuer cette série, il faudrait très certainement visiter le Domaine de Boisbuchet, en bord de Vienne non loin de Poitiers, et proposer à l’éditeur un titre comme : L’Aristocratie du workshop.

Capitale champêtre du design, encore peu connue dans les grands centres urbains français car plus que décentrée, Boisbuchet est un havre de paix pour étudiants du monde entier. À l’initiative d’Alexander von Vegesack, cofondateur et directeur du Vitra Museum, le domaine a en effet été transformé en un lieu de résidence pour jeunes designers, en une communauté créative où organiser différents cycles de workshops, où inviter à ces occasions firmes et praticiens de renom.

Lors de notre visite, deux workshops étaient justement en cours : l’un dirigé par l’architecte japonais Sou Fujimoto, l’autre par les responsables de l’entreprise Amorim, experte dans le domaine du liège.

Certes, la semaine à Boisbuchet n’est pas donnée, mais le cadre – tant technique que bucolique – n’a pas de prix.

Ici ont été jadis bâtis et récemment restaurés un bijou de château et un moulin à eau. Quelques corps de fermes ont été transformés en dortoirs ou en ateliers ultra équipés. Une maison traditionnelle japonaise y a été importée, après avoir été démontée pièce par pièce et méthodiquement recomposée. Un four à bois permet de cuire la terre comme le verre et un étang de nager quelques brasses pour se rafraîchir après ces heures de cuisson ou juste pour le plaisir.

Enfin, fruits des visites répétées de grands architectes internationaux, le domaine est parsemé de pavillons signés Shigeru Ban, Brückner & Brückner, Jörg Schlaich (ingénieur de Frei Otto), Simon Vélez, etc.

En bref, comme disait le poète, là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté... Et Boisbuchet de mériter d’être davantage connu et fréquenté.

texte : creative commons - image : © Boisbuchet

Partager sur Twitter partager sur Facebook


inclure/article_une_bas